Cette situation inédite de confinement obligatoire est une période de changement qui nous bouscule et nous amène assez naturellement à résister.   

Avec cette pandémie, nous subissons et avançons vers l’inconnu, un inconnu sanitaire, économique et humain. C’est une situation particulièrement anxiogène qui a commencé pour beaucoup d’entre nous par une période de léthargie. Nous étions comme abasourdis, sidérés par la situation, nous n’avions plus aucun repère et ne savions que faire.    

Nous étions emprunts de peur, de colère, de tristesse, avions parfois du mal à trouver le sommeil et notre nouveau mode de vie, enfermé à la maison, était animé de panique et de comportements grégaires que l’on a pu observer au travers des achats compulsifs de papier toilette en France.     

Cette phase est une phase de survie, un choc auquel il faut faire face et qui représente la première phase psychologique du confinement qui en compte cinq.   

Chacun d’entre nous les traverserons à notre rythme et à notre manière. Certaines phases dureront plus longtemps que d’autres et certaines passeront inaperçues mais ce qui est à retenir c’est que nous allons parcourir un processus évolutif qui nous permettra de retrouver un équilibre psychique, mental et physique.    

La seconde phase est une phase d’acceptation progressive au cours de laquelle nous allons rechercher à retrouver de la sécurité intérieure en triant, rangeant et nettoyant notre maison par exemple. Peu à peu nous prenons conscience des changements et commençons progressivement à nous habituer à ce nouveau mode de vie.    

La troisième phase psychologique est la phase de transformation au cours de laquelle nous allons apprendre à gérer notre temps différemment et oser expérimenter de nouvelles choses. Nous nous installons alors progressivement dans de nouvelles habitudes, un nouveau rythme s’installe, nous prenons le temps de trier nos (trop nombreuses) photos par exemple. Et nous arrivons à être confortable entre le travail à la maison et la famille.  

La quatrième phase est une phase d’engagement dans laquelle nous allons décider d’aller de l’avant et de changer nos comportements, nos habitudes, nos valeurs… C’est une phase de remise en question sur le sens de la vie.  

Puis vient en cinquième phase la phase d’intégration, d’assimilation. C’est une phase d’auto-actualisation pour une transformation durable. C’est l’heure du bilan et de la rupture avec la vie d’avant. C’est l’heure de la projection vers un avenir nouveau. 

Pour vivre au mieux le confinement, nous allons devoir traverser ces cinq phases à notre manière bien sûr, avec nos peurs, notre stress mais aussi nos ressources et nos désirs d’un avenir meilleur. 

 

Nous ne pouvons pas ignorer que la situation est très anxiogène mais l’on peut aussi décider de faire de cette période un atout et une véritable opportunité pour chacun d’entre nous.  

Sans aucun doute, c’est une période qui va pointer du doigt nos difficultés, mettre en exergue nos défauts, nos failles mais elle va, de fait, permettre d’identifier ce que nous devons travailler pour nous améliorer.  

Ne nous voilons pas la face et regardons-nous tel que nous sommes. Profitons de cette période pour nous transformer et aller vers le meilleur. A condition de savoir sortir du stress qui peut nous envahir et nous emprisonner.   

 

Pour cela, je vous livre trois clés qui vont vous permettre de mieux vivre le confinement. 

1. Une attitude positive face à ce confinement va être de séquencer votre temps.   

Ce séquencement va permettre de ramener de la structure, structure que l’on avait dans nos habitudes passées. 

Nous devons donc changer notre rapport au temps en vivant jour après jour et en nous connectant vraiment à l’instant présent. 

Pour cela, donnez-vous un temps pour vous développer personnellement, un temps pour votre devenir professionnel, un temps pour les autres, un temps de tendresse et un temps pour une activité physique. Il s’agit ici de ritualiser votre journée et d’y apporter une nouvelle structure, rempart à l’angoisse.  

2. Et pour garder un esprit positif, déconnectez-vous de la télévision et des chaînes d’information en continue qui nous abreuvent de mauvaises nouvelles et de messages négatifs que notre cerveau enregistre.

Il répondra alors à ses informations négatives par du stress, de l’angoisse, voire de la panique. Si vous faites une crise de panique dans cette période particulière!re, c’est tout à fait légitime, ne dramatisez pas et respirez. Des exercices de cohérence cardiaque peuvent vous aider à retrouver votre calme.

Essayez un maximum d’être dans des pensées positives en répondant à vos besoins (de calme, de sécurité, de soin…) ou tout simplement, en vous replongeant dans vos souvenirs de vacances.

 

 3. La troisième attitude positive pour faire face au confinement est de se projeter vers l’avenir  

Ne perdez pas de vu que ce confinement prendra fin un jour alors autant se préparer et identifier les points d’ancrage qui nous permettront de savoir où aller et nous donnerons des repères apaisants pour l’avenir.  

Profitez de cette période pour développer de nouvelles compétences ou travailler sur un nouveau projet. Déterminez un nouvel objectif de vie et donnez-vous les moyens de réaliser vos rêves qu’ils soient personnels ou professionnels.  

La première question à vous poser est donc : quels sont mes rêves ou espoirs pour ma vie personnelle et/ou professionnelle ? (un changement de métier, un voyage, un déménagement…)   

Puis, demandez-vous ce qu’est une vie réussie pour vous ? 

En structurant vos journées, les unes après les autres, en étant attentif à votre mindset et en mettant en place les outils pour vous projeter vers un avenir qui vous correspond d’avantage, vous passerez ces 5 phases psychologiques avec plus d’aisance et de confiance en vous et en l’avenir.

 

 

Séverine,

Pour exister pleinement, oser être soi et briller de bonheur